Blog_its_good_to_talk
 

La collaboration est d’abord une affaire de relations humaines

Paradoxalement, l’IA ne fait que mettre en évidence la valeur de la collaboration humaine dans le monde de l'entreprise. Non seulement le simple fait de parler à des collègues augmente votre productivité, mais c’est aussi bon pour la santé. C’est pourquoi les entreprises mettent en place de plus en plus d’espaces réservés à la discussion et à l’échange d’idées. Pour ceux qui travaillent à distance, il devient également plus facile de sortir de l’isolement : le hub de conversation virtuel commence à s’imposer à mesure que les technologies intelligentes améliorent l’expérience de visioconférence. 

C’est très tendance ces temps-ci. Créer des espaces de convivialité avec promenades et cafés branchés. Faire du lieu de travail un village plus qu’un bureau.

Mais pourquoi s’embêter ? Après tout, nous sommes tous des télétravailleurs en puissance, qui se rencontrent virtuellement via des applications de collaboration comme Microsoft Teams ou Zoom Rooms… De nos jours, les bureaux ne servent plus qu’aux réunions trimestrielles, non ?

La vérité, comme toujours, se situe quelque part entre les deux. Oui, nous entrons de plain-pied dans une nouvelle ère numérique, où l’on peut travailler en tout lieu et à tout moment. Ce constat est encore plus flagrant pour la nouvelle génération d’actifs. Toutefois, les entreprises tiennent aussi à garder un centre de gravité physique. Souvent, le siège social d’une organisation est sa vitrine aux yeux du monde extérieur, l’expression architecturale de sa marque et de ses valeurs.

Il existe un autre aspect beaucoup plus important dans le concept de convivialité des environnements de travail, autour d’un terme omniprésent dans le paysage économique actuel : l’expérience.

Expérience utilisateur, expérience client, expérience salarié… tous ces concepts sont désormais reconnus et acceptés comme des leviers essentiels pour le développement des ventes, la satisfaction et la fidélisation des clients, mais aussi la productivité des salariés. Et naturellement, l’espace de travail se situe au cœur de l’expérience des collaborateurs.

Pour les équipes RH et opérationnelles ¬– tout comme pour les architectes et designers d’intérieur qu’elles missionnent – le défi consiste à combiner la nouvelle éthique du travail itinérant avec la rigidité intrinsèque des espaces de bureau. L’objectif est de favoriser l’épanouissement d’une culture de liberté, d’autonomisation de l’individu et de collaboration transparente qui stimule l’innovation et la productivité.

Les environnements en open-space, le hot-desking, les réseaux sans fil et les appareils intelligents ultraportables existent depuis un certain temps déjà. Mais le changement culturel semble s’ancrer plus profondément lorsque les entreprises savent capter l’instinct humain de communauté et d’interaction sociale pour créer des espaces de travail qui ressemblent plus à des villages ou lieux d’échange qu’à l’idée que l’on se fait traditionnellement du bureau.

Il existe une logique évidente à tout cela. La psychologue Susan Pinker, autrice de The Village Effect, s’appuie sur une étude selon laquelle les téléopérateurs en centre d’appel peuvent être 20 % plus productifs lorsqu’ils sont incités à échanger pendant leurs pauses plutôt que de rester chacun dans leur coin. 

De même, des travaux de recherche publiés dans le Journal of Experimental Social Psychology suggèrent que parler en face-à-face avec quelqu’un aurait 34 fois plus de chances d’aboutir à la réaction souhaitée que l’envoi d’un simple e-mail.

Néanmoins, une bonne partie du buzz autour de l’expérience salarié a tendance à tourner autour de la mobilité, de la sécurité, du travail à domicile, du BYOD et d’autres technologies innovantes. La véritable voie à suivre consiste donc à créer des espaces de travail qui favorisent cette culture de liberté et de collaboration au bureau comme en déplacement.

Concrètement, des technologies comme le ThinkSmart Hub 500 donnent corps à cette évolution en facilitant la tenue de télé- et visioconférences. Au bureau ou à distance, chacun peut organiser et mener des sessions collaboratives fluides, sans les problèmes de connexion ou de qualité qui font que la réalité du collaboratif correspond rarement à la vision de départ.

Alors que l’intelligence artificielle et l’automatisation des processus commencent à prendre en charge de plus en plus de tâches routinières, les forces vives des entreprises sont appelées à s’affranchir des aspects les plus rébarbatifs de leur travail pour consacrer davantage de temps aux interactions en face-à-face. Si l’environnement physique s’y prête, cet élan de sociabilisation promet de libérer les ambitions et énergies créatrices qui stimulent la croissance et subliment l’expérience, tant du côté des salariés que des clients.