Transforming Productivity
Blog_nano

La technologie a-t-elle des limites ?

À mesure que la technologie progresse, nos machines deviennent de plus en plus compactes. Mais après avoir servi de repère et de boussole à toute l’industrie high-tech pendant des décennies, la loi de Moore aurait atteint ses limites selon certains. Si leurs prévisions s’avèrent exactes, où cela nous mènera-t-il ?

Avez-vous déjà entendu parler de Richard Buckminster Fuller ? Cet Américain fut un grand touche-à-tout, à la fois futuriste, inventeur, architecte, auteur et designer. Il fut même le deuxième président mondial de Mensa, ce club très fermé d’individus au QI très élevé. On lui doit également le terme « éphéméralisation », qui, selon lui, est la capacité du progrès technologique à réaliser « de plus en plus avec de moins en moins, jusqu’à ce que finalement vous puissiez tout faire avec rien ». 
C’est d’ailleurs là la vocation première de la technologie : étendre le champ de possibles de la manière la plus transparente et la moins obstructive possible.

Et jamais cette tendance ne s’est autant vérifiée que dans les technologies informatiques. Lorsqu’IBM a sorti ses premiers ordinateurs (IBM 360) pour les entreprises, il fallait des salles entières pour les héberger. Aujourd’hui, n’importe qui peut se promener avec une puissance de calcul beaucoup plus élevée dans sa poche.

Il est difficile de mesurer l’ampleur de ce progrès sans que cela ne dépasse l’entendement. Le premier microprocesseur jamais créé pour les entreprises renfermait 2 300 transistors, dont chacun avait la taille d’un globule rouge. C’était en 1971. De nos jours, une puce peut contenir environ 2 000 milliards de transistors. Une si grande puissance de calcul, concentrée dans un si petit espace.

Selon la loi de Moore, le nombre de transistors que contient une puce informatique double tous les deux ans. Mais bien qu’elle se soit longtemps vérifiée dans les faits, cette théorie semble aujourd’hui arriver à bout de souffle. De fait, si le développement technologique se poursuivait à cette cadence pendant une autre décennie, nous arriverions à un point où les transistors devraient être plus petits que les plus petits atomes : les particules d’hélium. Or, le silicium, qui constitue la matière première de la plupart des transistors, a un rayon atomique d’environ quatre fois celui de l’hélium. Le modèle va donc bientôt se heurter aux dures lois de la physique.

Pour de nombreux experts, la loi de Moore est aujourd’hui en bout de course, tant les gains marginaux deviennent difficiles à atteindre. En outre, on peut raisonnablement tabler sur un prochain changement de paradigme en faveur de l’informatique quantique. En attendant, les technologies continuent de se miniaturiser, au point que les transistors modernes ne dépassent pas quelques nanomètres. Vous pourriez en faire tenir près d’un million sur une tête d’épingle. Mais concrètement, quelles sont les implications pour nous ? Une économie d’échelle massive. Le moindre petit espace gagné au niveau micro se démultiplie en économies d’espace et d’énergie énormes au niveau macro. 

Prenons le ThinkCentre M90n Nano, un ordinateur plus petit que la plupart des livres de poche. Pourtant, avec son processeur Intel® Core™ de 8e génération, il est aussi puissant que n’importe quel ordinateur de bureau ordinaire. Il y a cinquante ans, un ordinateur occupait tout l’espace d’une pièce. Pour obtenir la même puissance que ce petit condensé de technologies, il aurait donc fallu plusieurs centaines d’immeubles de bureau. On imagine également la différence en termes de consommation d’énergie.

Le potentiel est énorme. Plus la technologie devient puissante, plus nous faisons de découvertes. Nous parvenons ainsi à extraire de plus en plus de valeur à partir de volumes de données incroyablement vastes, tout en utilisant des machines plus petites que jamais. La prochaine étape dans le développement des ordinateurs pourrait être de trouver une application physiquement viable des qubits, ces unités d’information qui forment la base de l’informatique quantique. Les acteurs high-tech du monde entier investissent massivement dans la R&D, ce qui a débouché sur une percée majeure publiée dans la revue Nature en 2019. On peut en conclure que l’éphéméralisation poursuit sont petit bonhomme de chemin : si une limite existe, nous ne l’avons pas encore atteinte. 

Envie d’essayer le ThinkCentre M90n Nano par vous-même ? Profitez de notre promotion « Buy & Try » pour acheter la plus petite machine de bureau au monde et l’essayer pendant 45 jours. Pour plus d’informations, cliquez ici < www.lenovo-promotions.com/fr/buyandtry/nano >.

Pauric Barrett

Pauric Barrett

Pauric Barrett est un auteur et publicitaire passionné de nouvelles technologies, de design et d'interactions humaines. Concepteur-rédacteur depuis près de dix ans, il travaille pour le print, la télévision et le numérique. Sa curiosité naturelle l'amène à explorer sans cesse de nouveaux sujets, pour le plus grand bonheur de ses lecteurs.